mardi 5 novembre 2013

Blogueuse, oui. Cynique et égocentrique, non merci.

Web mon mardi ! Voilà quelque chose qui me tourne en boucle dans la tête depuis des mois. A chaque fois je repousse, je dis "la semaine prochaine", j'essaie d'oublier, de me trouver des excuses pour esquiver mais rien à faire. J'aimerais trouver les mots justes et le bon angle, mais je ne suis jamais satisfaite de mon brouillon alors tant pis, aujourd'hui je me lance, au moins ce sera sorti.

Désolée ce post sera long et même pas drôle.


Image Pinterest, pas d'info sur la source...


Quand je suis arrivée sur la blogosphère il y a deux ans et demi, j'ai été frappée par quelque chose que je n'avais jamais vraiment connu dans la vraie vie avant : l'esprit d'entraide et de générosité des blogueuses. Car IRL, j'ai souvent été le bisounours égaré dont pas mal de personnes ont profité, alors tout d'un coup me retrouver au milieu de toute une communauté avec plein de filles qui me ressemblent a été un vrai bonheur (même si la blogo a aussi ses teignes, on ne peut pas le nier) : des filles qui donnent un coup de main aux autres, qui s'indignent, qui publient des posts pour dénoncer des injustices, des filles même un peu rebelles parfois.

A la création de mon blog je voulais surtout parler de mode, car les vêtements sont ma passion (les chaussures et les sacs aussi, on ne va pas faire de jaloux). En plus comme je suis une pro des petits prix et des bonnes affaires, je voulais aussi montrer que c'était possible d'être élégante avec un tout petit budget. Et donc je vous ai souvent tentées en vous montrant les tonnes de fringues que j'achetais avec quelques dizaines d'euros et je vous ai relayé toutes les promos qui me passaient sous le nez. Et puis vous avez dû remarquer que je l'ai fait de moins en moins souvent (sauf pour les ventes solidaires), et que les hauls mode sont devenus de plus en plus rares.

Parce que presque sans le voir, il y a quelque chose qui a changé. Et quand je m'en suis rendu compte, j'ai eu du mal à y croire tellement ça ne me ressemblait pas. Oui pour la première fois de ma vie, je n'ai acheté aucun vêtement pendant les soldes de cette année. Ni en janvier, ni en été. Et sur toute cette année, en dehors de 3 vêtements reçus grâce à un partenariat, je n'ai acheté que deux tops et un manteau (les 3 achetés en friperie).

Pourquoi ? Parce que je ne peux pas continuer à fermer les yeux et faire semblant de ne pas savoir. Je ne peux pas continuer à faire la schizophrène.

Je ne peux pas d'un côté défendre un modèle où l'humain serait remis au centre de l'entreprise, de l'économie et de l'autre encourager le contraire. Parce que quand je me précipite sur le premier top à 10€ juste pour me faire plaisir c'est ce que je fais. Et c'est que que nous faisons toutes sciemment, puisque aujourd'hui après tous les drames que les médias nous ont relayés en boucle, personne ne peut encore dire qu'on ne sait pas dans quelles conditions nos vêtements sont produits.

En France on adore s'accrocher à notre système social, personne ne veut lâcher ses 35h avec RTT, personne ne veut travailler en dessous du SMIC, on réclame des conditions de travail décentes où on ne mettra pas notre santé en danger, on a des congés maladie, des congés pour profiter de nos loisirs... On se plaint du made in China qui soit-disant nous envahit et détruit notre industrie, mais en fait nous ne sommes pas prêts à payer les choses au prix juste, car alors il faudrait nous priver parfois, arrêter de consommer autant comme nous en avons pris  l'habitude.

Mais à quoi ont droit les autres travailleurs alors ? Ceux qui habitent du "mauvais" côté du globe ? Est-ce que notre narcissisme justifie le fait que des Ethiopiens triment comme des esclaves "payés" 23€ par mois pour qu'on puisse acheter des fringues qu'on portera juste quelque fois, le temps que la tendance passe ? Des vêtements qui viendront s'ajouter à tous ceux qu'on ne porte déjà pas et qui s'empilent dans nos armoires ?

Est-ce que satisfaire notre avidité de nouveautés justifie le fait que dans des pays tels que le Bangladesh les ouvriers pataugent dans des produits nocifs sans aucune protection pour nous produire du cuir à bas prix ? Est-ce que notre désir de paraître est plus important que le droit à ses populations de vivre dans des environnements sains avec de l'eau et de l'air non contaminés par toutes sortes de poisons ?

Alors bien sûr, on peut continuer à déculpabiliser en se disant que c'est l'affaire des politiques et qu'ils vont régler tout ça.

Ah ah. C'est du cynisme ou de la naïveté ?

Je crois qu'aujourd'hui plus que jamais les citoyens n'ont plus le pouvoir de changer les choses avec un vote, car le pouvoir économique ne se trouve plus dans les mains des politiques depuis bien longtemps. Par contre le consommateur, lui, le peut avec son porte-monnaie (même s'il est de moins en moins rempli). On peut choisir de consommer moins et mieux pour encourager les marques qui font l'effort de respecter leurs consommateurs et leurs employés. Car il faut arrêter de se voiler la face, nous savons très bien que la plupart de nos enseignes chouchous et tellement adulées sur la blogosphère n'ont qu'un seul objectif : vendre toujours davantage et payer toujours moins leurs sous-traitants. Et la crise n'a fait qu'augmenter la pression sur les fournisseurs. Et je ne parle même pas des boutiques Ebay chinoises que les blogueuses se refilent pour avoir des contrefaçons de Zara à bas prix...

On pourrait continuer à faire les égoïstes et dire que cela ne nous concerne pas. Mais quand ces marques nous trompent en nous vendant des chaussures estampillées "made in Italy" mais produites en Asie dans des conditions catastrophiques avec des produits qui peuvent nous donner des allergies comme le chrome VI, vous dites quoi ? Et que dire de ces marques parisiennes hype de mauvaise qualité qui coûtent un bras et qui produisent leurs vêtements en Chine comme tout le monde ? Et les marques de chaussures "haut de gamme" à 200€ la paire mais qui sous-traitent en Afrique à des tarifs de misère ?

Je ne pense pas que ces marques qui nous méprisent autant (car penser d'abord à leurs profits au point de sacrifier la santé de leurs consommateurs et de leurs employés, si ce n'est pas du mépris, je ne sais pas ce que c'est) méritent toute la pub gratuite (ou non) que nous blogueuses nous leur faisons.

Alors je sais bien que tout le monde n'a pas les moyens de payer une chemise made in France à 80€, mais il faudrait peut-être apprendre aussi à consommer autrement ? Peut-être moins mais mieux ? Peut-être oser les occasions ou le troc (c'est moins cher et plus écolo) ? Apprendre à coudre ? Se tourner vers des petites marques moins à la mode mais qui ont une vraie éthique et qui font moins de marges ?

De mon côté, je me suis dit que puisque j'avais déjà tenu presque un an sans acheter de vêtement, peut-être que je pourrai tenir une année de plus ? Régulièrement dans mes affaires je trouve des choses toutes neuves qui ont pourtant 1, 2 ou 3 ans. J'ai été tellement shopping addict pendant des années que je n'ai plus de place. Alors oui, en dehors des jeans et des sous-vêtements qui s'usent vite, je vais peut-être réussir à tenir un an de plus. Ce ne sera certainement pas facile car si un an ça va, deux ans ça commence à faire long, mais j'ai envie de me lancer ce défi, et puis ça m'évitera de culpabiliser à chaque fois que je verrai "fabriqué en Ethiopie" sur une étiquette. Et puis au lieu d'acheter de nouveaux vêtements, je pourrais faire autre chose avec cet argent : lancer quelques projets que j'ai en tête, aller dans des pâtisseries avec des copines, faire un don à une ONG... Oui, j'ai du mal à le dire, mais on dirait bien que je suis en train de me lancer dans un no-buy vestimentaire...


Ma prise de conscience a pris du temps, mais aujourd'hui j'ai besoin d'agir plus en accord avec mes convictions, ce qui veut dire de façon moins superficielle, cynique et égocentrique.



NB : comprenez bien mon propos, il s'agit d'une démarche personnelle, et je n'appelle pas au boycott, car malgré la dureté des conditions de travail, dans certains pays sans l'industrie de la mode une grande partie de la population crèverait tout simplement de faim. Et le monde est ainsi fait que dès que les conditions de vie d'un pays s'améliorent, à cause des coûts de production qui augmentent en parallèle, aussitôt les marques "rapaces" le quittent pour trouver de la main d'oeuvre moins coûteuse ailleurs. C'est ainsi qu'une partie du textile s'est délocalisé de la Chine vers le Bangladesh, puis à cause des morts dans les usines surchargées, l'Ethiopie et l'Erythrée sont devenus les nouveaux eldorados de l'exploitation humaine au nom de la mode. Donc puisque vous êtes de grandes filles, à vous de voir avec votre conscience, soyez curieuses, informez-vous, et j'espère que vous trouverez une forme d'action en accord avec vos principes, votre budget et qui vous convienne.



Un grand merci à Stelda avec qui j'échange 
régulièrement sur ce sujet.

Encore désolée pour ce pavé pas super bien écrit, mais c'est vraiment quelque chose qui me tient à coeur (j'en parle souvent sur Twitter) et même si je retravaillais mon texte 100 fois, je ne serais pas satisfaite, alors tant pis, j'ai écrit comme c'est venu, après être tombée sur cette citation qui nous remet face à nos responsabilités individuelles :

"Il suffit que les hommes de bien ne fassent rien pour que le mal triomphe", E. Burke.





62 commentaires:

  1. Merci beaucoup pour cet article qui nous remet les idées en place.
    De mon côté, je suis écœurée par cette société de consommation qui prône le "acheter toujours plus" mais où l'être humain n'est pas respecté qu'il soit celui qui travaille comme celui qui achète. J'ai très bien vu comment les gens rechignaient à donner 5 euros de plus, pour une créatrice alors qu'il sont capables d'en dépenser le triple pour une grande marque. C'est triste mais c'est la société... C'est bien d'écrire pour essayer de faire bouger les choses, parce que tu as raison : le pouvoir nous l'avons dans notre porte monnaie ! :)
    Des bises miss !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout le défi des petites marques/créateurs : il faut réussir à créer de l'originalité et une image aussi forte que celle des grandes marques pour donner envie aux gens d'acheter. Mais c'est difficile quand on n'a pas les moyens d'une grande marque...
      Bisous Louise <3

      Supprimer
  2. Je suis d'accord et j'ai le même malaise que toi. J'achète encore pas mal, mais beaucoup moins qu'avant et de manière plus raisonnée, en tout cas je l'espère. Et c'est justement parce que ce malaise commence à venir à bout de mon addiction au shopping que je n'ai absolument pas digéré la dernière campagne d'H&M à propos de sa fondation Conscious.
    Mais, parallèlement, je constate un autre changement qui m'effraie : les prix de marques comme Kiabi et La Halle commencent à s'envoler (50 euros le blouson matelassé imprimé chez La Halle, mais c'est quoi ce délire) alors que la qualité de leurs vêtements reste la même. Et ils vont s'habiller où, maintenant, les clients qui avaient un tout petit budget ? Pourquoi tout d'un coup des marques abordables augmentent leurs prix et s'offrent des blogueuses connues pour se donner une image tendance ? Le fait que certaines d'entre nous participent à cette mascarade (car, encore une fois, la qualité des vêtements reste la même, c'est-à-dire cheap) me met extrêmement mal à l'aise (d'autant que les filles en question ne s'habillent pas à La Halle d'habitude mais plutôt chez les marques parisiennes que tu évoques ci-dessus).
    Bref, je ne suis pas encore venue à bout de ma propre schizophrénie mais je crois que j'y arrive tout doucement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est souvent un processus qui fait qu'on se met à changer presque sans s'en rendre compte, une sorte de révolution douce ;)
      J'ai remarqué aussi que pas mal de marques essayent en ce moment de monter en gamme, et j'ai du mal un peu à voir la finalité de cette stratégie. Car comme tu le notes, cela met de côté une bonne partie de leur clientèle et ça m'étonnerait que cette hausse des prix serve à mieux payer les ouvriers textile...
      Quand à l'opportunisme de certaines blogueuses, c'est comme ça, on ne changera pas les gens ;)
      Des bisous ma belle Isa <3

      Supprimer
  3. Bravo ! rien d'autre à dire, c'est un sujet qui me tient à coeur et souvent lorsque j'achète un vêtement à petit prix j'y pense. Comme tu le dis chacune doit vivre avec sa conscience, et je pense que le fait de "non consommer" pendant quelque temps est une solution. Je suis une fille j'aime les fringues, les chaussures et les sacs. Mais j'ai une conscience il va falloir apprendre.... merci pour ce réveil tu as entièrement raison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Corinne ! Et si tu savais à quel point j'aime la mode... Souvent j'achète des vêtements juste parce que je trouve le tissu magnifique même si je sais que ça ne m'ira pas et que je le posterai jamais... Mais je pense qu'une fois qu'on se met un peu à réfléchir, comme tu dis, on ne peut pas continuer à faire comme si de rien était. Petit à petit on change ;)

      Supprimer
  4. Waouh! Ellen, je ne sais pas comment te dire à quel point je suis fière de toi. ça fait plus d'un an qu'on se connaît toutes les deux et on s'accorde sur un paquet de trucs. J'aime le ton pétillant de ton blog depuis la première fois que je suis tombée dessus et je respectais ton côté "shopping addict" comme tu dis, parce que je sais parfaitement que moi non plus je ne suis pas toute blanche de ce côté. La vie de voyageuse au long court que j'ai eue pendant une vingtaine d'années m'a permis d'acheter mes robes en solde à Melbourne, mes pantalons de yoga en démarque à Miami et mes sacs tendance en osier (ainsi qu'un paquet d'autres trucs) sur les marchés de Rome. Bonjour le bilan carbone de ma garde-robe!
    Mais au fil des années, j'ai connu la même prise de conscience que toi. J'ai toujours gardé chaque pièce longtemps et je garde encore plus longtemps aujourd'hui. J'achète toujours, mais beaucoup, beaucoup moins. Perso, je cherche encore des sources éthiques, jolies et abordables et je me mets à la chasse avec toi quand tu veux. Deux chineuses comme nous, on va forcément dégoter des pépites!!!
    Voilà, j'ai été longue comme ton post, c'était le partage du matin. Ciel mon mardi éthique!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je me joins au post d'Atalanta sur le sujet, pour dire combien elle a raison de te dire que tu es une blogueuse super-classe et que vous vous accordez sur un paquet de trucs ;)
      Dernièrement, figurez-vous que j'ai été aussi convertie au bio par une copine qui avait organisé un après-midi découverte autour de la marque "Body Nature". J'ai été conquise par les produits respectueux de l'environnement, et par la philosophie.
      En rentrant chez moi, j'ai découvert avec étonnement que je me "bio-isais" déjà toute seule depuis quelques temps, sans forcément m'en rendre compte (ex : mon savon pour les mains est bio, et mon liquide vaisselle aussi !). Quant à ma garde-robe, j'en ai donné plus de la moitié aux bonnes oeuvres et les rares pièces que j'ai rachetées sont estampillés "Bonobo" (super marque éco-responsable les filles ! je leur ai acheté ma parka d'hiver !)
      Bref, je vous rejoins dans le "no-buy", parce que c'est bon pour les économies et ça permet de faire des folies plus réfléchies :) Gros bisous les Miss Ethiques !

      Supprimer
    2. Merci Atalanta et Ophélie ! Je pense que quand on est un peu altruiste dans la vie et qu'on s'intéresse aux choses, effectivement petit à petit on évolue et notre regard change. Je ne crois pas aux changements radicaux des gens, car ça se passe rarement comme ça, mais en les sensibilisant au moins on leur montre que d'autres choix sont possibles.
      Je n'en suis pas encore à passer totalement au bio pour mes cosmétos, mais depuis un an progressivement j'essaie de supprimer certains composants, je suis plus sensible aux marques cruelty free, fair trade, etc... Avec le temps je m'éthiquise ;)
      Merci pour la "découverte" de Bonobo, je connaissais mais vaguement.
      Et non, Cécile je n'irai pas faire de shopping vestimentaire, n'essaie pas de me tenter;)
      Des bisous bio <3

      Supprimer
  5. J'ai trouvé ton discours vraiment juste et ta conviction belle à voir... je dis chapeau, respect et bon courage pour ton projet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Ca va être dur, mais cet aprem j'étais dans un grand centre commercial, j'ai vu plein de fringues qui m'ont fait très envie, et pourtant je n'ai pas craqué, j'étais fière de moi ;)

      Supprimer
  6. Bravo ! Bel article, non ce n'est pas mal écrit, au contraire tu argumentes bien ta position. Etant déjà d'accord depuis bien longtemps avec toi, essayant moi aussi au quotidien de faire réellement attention à ce que j'achète, je suis bien contente de trouver quelqu'un sur la blogsphère qui s'en soucie aussi. Il est vrai que c'est le seul défaut que je retrouve souvent dans les blogs que je visite : cela reste parfois très consumériste et cela ne me correspond pas, et surtout ne correspond pas à notre époque !
    Bref, bel article, bravo à toi de tenter de semer des petites graines de prise de conscience, en espérant qu'elle germeront efficacement dans les temps venir !
    Je te suis avec d'autant plus de plaisir et de respect !
    Amicalement,
    Luce de Luküre
    (ps : si tu es fan de sacs en cuir artisanaux mais de qualité, n'hésites pas à visiter mon site ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Luce ! Oui j'ai visité ton blog la semaine, ne me tente pas ;)
      Je crois que nous sommes pas mal à penser ainsi, mais souvent sur les blogs girly on n'ose pas forcément aborder des sujets plus sérieux. Les mentalités évoluent et je pense que l'âge aussi joue beaucoup, et ensuite en mûrissant les priorités changent.
      Bises <3

      Supprimer
  7. J'admire ta démarche et je dois avouer, un peu honteuse, que j'en suis encore loin étant encore du côté addict de la force...
    Par contre, que ce soit dans le domaine de l'habillement ou finalement dans tous les domaines de la consommation, je boycotte certaines marques ou distributeurs. Mes critères de "boycott" sont probablement très subjectifs et je me voile probablement la face sur d'autres marques mais, pour le moment, j'ai la conscience presque tranquille avec ce mode de fonctionnement.
    Effectivement, consommer local ou "socialement sain" (pas produit dans des conditions désastreuses) coute, en règle générale, plus cher et je ne le fais que rarement. Mais, je me dis, sans doute naivement, que j'apporte une toute petite pierre à l'édifice.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non petite galette tu n'as pas à te sentir honteuse ;)
      J'ai eu à peu près la même "évolution" que toi : j'ai commencé à changer de petites choses et puis de fil en aiguille j'évolue sur certains sujets.
      Ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières ;)
      Bisous <3

      Supprimer
  8. Merci Ellen, merci, merci, merci! de soulever enfin ce problème qui me travaille depuis que je suis entrée dans la blogosphère!
    Dès la première année de mon blog j'ai pris conscience de cet appel à la consommation presque boulimique que créaient les blogs de mode. Que j'étais entrain de m'intégrer à ce système publicitaire et commercial que j'abhorre et que je condamne au fond de moi depuis toujours...
    Je suis tellement contente que tu abordes ce problème franchement, directement, et que tu nous mettes toutes face à notre conscience.
    Bravo, et bravo aussi pour ce que tu as fait de ton blog qui est absolument génial!
    Plein de bisous!!
    Claire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup à toi Claire ! Je crois qu'il y a effectivement une sorte d'effet de groupe quand on rentre dans la blogosphère (je raconte comment je suis devenue accro aux vernis ? hum...) et puis on finit par en revenir de cet effet d'entraînement. Mais heureusement, la blogo ne se résume pas qu'aux blogs de mode ;) Il y a plein de petits blogs qui parlent de tout que j'aime aussi beaucoup lire,
      Bises <3

      Supprimer
  9. Merci pour ce bel article, je suis déchirée parfois par toute les tentations à bas prix des magasins, sidérée de voir qu'on achète un vêtement soit disant français, qu'on paye une blinde, pour lire un made in china au moment du lavage, et en même temps, tout coûte tellement cher aujourd'hui que c'est dur de se dire qu'on va payer plus... Mais comme toi, si j'étais une acheteuse compulsive avant, aujourd'hui je le suis beaucoup moins. Je fait plus attention et puis je travaille surtout désormais, donc je peux me payer des choses plus chères, mais après, comment savoir comment c'est fait... C'est dur dur! Pour le reste, j'essaye de me tourner vers les créateurs (bijoux, sac à main, je sais au moins que c'est local) mais les fringues je pense que j'ai encore des caps à franchir. Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends tout à fait Florence : même quand on serait prêt à mettre le prix pour du made in France, parfois on se rend compte que les marques nous roule un peu dans la farine. Comme celles qui mettent "designed in France" par exemple. Pour les vêtements c'est très difficile parce que les tissus et les cuirs sont rarement produits en France... Pareil pour les créateurs, beaucoup importent leurs matériel de Chine.
      Mais il faut garder espoir, les choses changent ;)
      Bises <3

      Supprimer
  10. C'est "marrant", mais ton article résume parfaitement ce que je pense, je ne vois même pas comment je peux ajouter qqch... En fait j'ai cette prise de conscience aussi, je veux tout plein de belles choses, pas chères, pas d'occasion (oui en plus je suis chiante) etc... Mais je ne veux pas payer le max, parce qu'aussi bossant dans le marketing je sais que les marques montent les prix parce que "si c'est pas assez cher les gens ne le voudront pas car ils penseront que c'est cheap", etc... Enfin bref, le monde dans lequel nous vivons est très compliqué...
    ALors disons que même sans parler de vêteùents ou autres, rien qu'en parlant de nourriture, j'essaie d'aider les petits commerçants, les producteurs locaux etc... Enfin bon, faut croiser les doigts que les choses s'arrangent, et même si j'aurais l'air négative en disant cela, je ne suis pas sûre que cela soit le cas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui la déformation professionnelle rend encore plus conscient des entourloupes de certaines marques pour les vêtements, la nourriture, les cosmétiques... Le consommateur n'est clairement plus un client mais un pigeon.
      Je crois que chaque petit geste est important, à force ça finit par faire boule de neige et entraîner de profonds changements dans la société.
      Allez, hop, un peu d'optimisme ;)

      Supprimer
  11. Ton discours, ça fait un moment qu'il traine dans ma tête. J'essaie de regarder d'où viennent les choses que j'achètent. Je privilégie aussi le MIF mais parfois c'est dur, surtout quand j'ai une espèce de crise d'achat compulsif.
    J'approuve grandement ton texte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes de plus en plus à nous poser des questions, et c'est vrai que craquer de temps en temps ça fait plaisir ! Parfois on a besoin de se faire des petits cadeaux pour se remonter le moral, c'est naturel ;)

      Supprimer
  12. Bonjour Les fleurs rebelles, comme toi j'ai découvert la blogosphère accueillante, elle élargie l'horizon des relations qui nous entoure. Autour de moi je ne connais pas beaucoup de femme qui s'intéressent aux mêmes sujets que moi.
    Comme toi, j'ai évoluée dans mes achats. De mon côté, c'est à force d'écrire des articles sur mes nouveautés que j'ai réalisé l'ampleur des dégâts, un véritable envahissement.
    J’essaie de me concentrer sur certaines marques plus haut de gamme, plus éthique aussi. Je boycotte d'autre qui n'ont pas ce sens.
    Je trouve ton article bien écris au contraire et tu as raison.
    En ce qui concerne les vêtements c'est délicat de trouver du made in France ou made in "un pays qui n'exploite pas". J'ai remarqué qu'une certaine marque faisait fabriquer une partie seulement de sa collection en France et le reste en Chine. Pas cool. Du coup il faut regarder les étiquettes à chaque fois.
    Je l'ai vu aussi dans les baskets avec New Balance, une partie aux Royaumes-Unis et l'autre en Chine.
    A article long, réponse longue !
    Bisous
    Patache

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Patache,
      ça c'est vrai : quand on commence à voir concrètement sur son blog tous les achats qu'on fait, au bout d'un moment on se dit que ce serait bien d'être un peu plus sage. Et puis acheter moins permet de profiter d'autres choses qu'on peut aussi partager avec les autres.
      Pour les étiquettes, c'est vrai que la transparence n'est pas au rendez-vous et ce n'est pas législation qui va obliger les marques à nous informer davantage...
      Merci pour ce long com ;)
      Bisous Patache <3

      Supprimer
  13. Tu prêches une convaincue ;)

    C'est vrai qu'il est difficile quand on tiens un blog mode de ne pas parler du tout de la mode "abordable", des bonnes affaires ou de la fast fashion. En ce qui me concerne, je fais pour l'instant le choix d'en parler aussi, mais dans ce cas, j'essaie de faire attention aux matières (à défaut de pouvoir le faire sur la provenance), et j'essaie de trouver des marques avec une vision plus éthique.

    Je n'achète quasiment rien provenant de la fast fashion, mais je n'en suis pas encore à acheter complètement "éthique": je fais attention aux matières, à la provenance, au rapport qualité/prix.
    Consommer moins mais mieux est quelque chose que j'essaie vraiment de faire au quotidien.

    Dans tous les cas, bravo pour cet article ! D'abord, je le trouve bien écrit (et je sais à quel point c'est dur de traiter de ces sujets: on voudrait tout dire, et surtout, bien le dire, c'est terrible cette pression qu'on se met !), ensuite, je suis ravie de voir que de plus en plus de blogueuses traitent de ce sujet. Quand je suis arrivée il y a un peu plus d'un an, je n'osais pas traiter de ces sujets, je me disais que cela n'allait intéresser personne. Et puis je crois que c'est Stelda également qui m'a donné envie de me lancer (on devrait lui remettre une palme rien que pour avoir su nous donner cette motivation).

    Bon, je crois que mon commentaire est très brouillon, mais quand on commence sur ce genre de sujet, on part rapidement un peu partout, tout excité de pouvoir échanger là-dessus !

    Passe une bonne journée ;)
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu soulèves un point important : le choix des matières est aussi une façon de mieux acheter, c'est tout à fait vrai, surtout quand on choisit des tissus issus de filières bio ou éthiques.
      Passionnée de mode, j'ai un gros penchant pour la fast fashion même je cède rarement aux tendances de masse qu'on retrouve sur tous les blogs, mais j'aime l'attrait de la nouveauté. Du coup même si je ne vais plus acheter pendant un an, je vais me remettre enfin à la couture pour transformer des anciennes pièces et les transformer en nouveaux vêtements ;)
      Je confirme, difficile de ne pas partir dans tous les sens quand on écrit ce genre d'articles ou un commentaire sur ces sujets, il y a tellement à dire !...
      Je plussoie de le fait de décerner une palme à Stelda: c'est une de mes plus belles rencontres sur la blogosphère !
      Bises Lilly <3

      Supprimer
  14. Ouh la la quel article.
    Honnêtement je ne sais pas quoi en passer, je vends des fringues donc j'ai besoin de vendre. Lors de mes achats, je fais attention à la provenance de mes fournisseurs mais ce n'est pas évident. J'ai des vêtements plus chers car ils sont fabriqués de façon éthique, avec des associations ou bien une partie des bénéfices partent dans les ONG. mais c'est plus dur à vendre car beaucoup plus cher et je ne pourrais pas vendre que cela car pour qu'ils soient à peu près vendable, je baisse énormément ma marge et donc je ne pourrai pas payer toute mes charges. Pour le salaire, n'en parlons pas : je n'en ai toujours pas et je bosse 6 jours sur 7 voir 7 sur 7.
    Pour notre économie, il faut consommer. Mais comment doit-on consommer?
    Le problème se pose aussi pour la nourriture lorsque l'on voit les scandales alimentaires et il y en a plus que l'on ne le pense. beaucoup de boites de haricots proviennent de Chine, les crevettes pêchées en Belgique sont envoyées en Afrique pour être décortiquées...
    Dans la cosmétique on a aussi beaucoup de scandales plutôt cachés pour le moment et avec la réglementation et les normes de sécurité beaucoup de fabrications sont délocalisées. Pour les cosmétiques avec solvants (produit assez dangereux)
    Pour chaque achat, je fais attention mais lorsque j'achète, je pense que grâce à mon achat au moins une personne en France travaille car il y a quelqu'un pour me le vendre; il ne faut pas oublier que nous sommes aussi par nos achats responsable de nos emplois de notre économie.
    Par contre je ne supporte pas l'exploitation des pays pauvres pour engraisser une minorité de riches.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a rien de mal à vendre des vêtements ;) Comme je le dis dans mon post, il vaudrait mieux acheter (donc vendre) moins mais mieux, donc peut-être un peu plus cher mais avec des articles de qualité et fabriqués dans de bonnes conditions.
      Pour les vêtements "éthiques", c'est vrai que ce ne doit pas toujours être évident à vendre à cause du prix certes, mais le style y fait beaucoup aussi. Certaines de ces marques ne s'adressent qu'à un public très spécifique et ne suivent pas du tout les tendances, donc ça joue aussi.
      Pour la nourriture, je crois que c'est encore pire, d'ailleurs on l'a bien vu avec le scandale de la viande de cheval récemment.
      Je suis tout à fait d'accord : nous avons tous une part de responsabilité dans la perte d'une partie des emplois en France, chaque achat est un vote. Et malheureusement soit les gens l'oublient, soit ils n'ont vraiment pas les moyens financiers de le faire...

      Supprimer
  15. BRAVO!!!! Je me pose aussi la question, de plus en plus de vêtements fabriqués en Chine et même par des marques dont pourtant le prix des vêtements est élevé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh une fée ;) Merci la fée ! Oui, c'est la spécialité de certaines marques parisiennes à la mode le mix made in China + prix élevés, d'ailleurs il y a un ou deux ans une certaine parka défectueuse avait fait le tour du web ;)

      Supprimer
  16. Ahhh Ellen! On en reparlera de vive voix mais de toutes façons les gens n'agissent plus pour rien. Je ne suis pas bisounours ou plutôt je suis un bisounours converti à la méfiance et plus j'observe les gens moins j'ai d'espoir de rédemption pour l'espèce humaine. :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nooon, ne soit pas si pessimiste... si moi j'ai pu faire ce "chemin" honnêtement beaucoup d'autres peuvent le faire. Bon après, c'est vrai que si j'ai pu changer c'est parce que je fais l'effort de m'informer or malheureusement j'ai l'impression que les gens fuient de plus en plus l'information. Comme il y a souvent des mauvaises nouvelles, ils préfèrent faire l'autruche et vivre dans un monde superficiel, comme si la réalité n'allait pas les rattraper un jour...
      Ca c'est sûr on va avoir plein de choses à se raconter toi et moi ;)

      Supprimer
  17. Ne soit pas désolée de ce pavé, c'est aussi important que nous, blogueuses, soulevions parfois ou régulièrement d'ailleurs des problèmes de société. Parce que finalement la vie ne se résume pas aux fringues et aux vernis à ongles ! Bravo pour cet article Ellen ;-) Bisous bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai ça, il y a aussi les orchidées dans la vie ;) Merci Aurélie !
      Bisous <3

      Supprimer
  18. Bonne réflexion, c'est ça aussi la blogo, partager ses idées et faire réfléchir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, c'est clairement en échangeant avec plusieurs blogueuses que j'ai commencé à m'intéresser plus sérieusement à certains sujets.
      Merci Manonette <3

      Supprimer
  19. Coucou Ellen,
    Que dire de plus à part que ton article fait écho à un questionnement qui se met en place dans ma p'tite cervelle depuis quelque temps?
    Merci pour cet article et bravo à toi pour cette conviction! Je sais que ce n'est pas toutes les blogueuses modes qui le feraient ;-)
    Bisous et belle soirée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Fandre,
      Serions nous télépathes ? Je pense que c'est aussi le contexte actuel qui pousse à la réflexion et qui donne aussi envie de trouver de nouvelles idées, façons de vivre, de consommer, etc... Le monde change ;)
      La "compétition" qui existe entre les blogs mode pousse beaucoup à la surconsommation c'est vrai et les eshop qui les sponsorisent souvent ont bien flairé le filon... Heureusement toutes les blogueuses mode ne sont pas consuméristes, certaines font de la slow fashion ;)
      Bisous <3

      Supprimer
  20. Très belle initiative de dénoncer cette consommation à outrance ! Merci :)

    RépondreSupprimer
  21. Je ne m'attendais pas à ça en ouvrant ton article mais je l'ai bien lu d'un bout à l'autre, pas si mal écrit et pas dénué de sens dis donc !
    Beau défi et... ça te dit de participer au prochain troc des Souris ?? ^_^
    Bise bise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Julie-Anne ! Oui le défi va être long, mais j'y crois : je crois que j'ai déjà passé le cap du sevrage, maintenant il ne me reste plus qu'à tenir sur la durée ;)
      Of course, je suis partante pour le troc, il faut que je donne pas mal de choses, il faudra juste qu'on se briefe sur la tailles/styles pour que j'évite de ramener plein de trucs pour rien (t'as vu je suis aux taquets!)
      Bisous <3

      Supprimer
  22. un article vraiment bien écris et vraiment bien fait
    on voit que tu as bien réfléchi que cela a muri
    et tout a fait raison de nous faire réfléchir la dessus
    gros gros bisous ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Chacha ! Il faut dire qu'il me tourne dans la tête depuis tellement longtemps ce post... Je suis contente qu'il soit "sorti", je me sens mieux maintenant !
      Bisous <3

      Supprimer
  23. Une bonne claque dans la face!
    C'est vrai qu'on oublie parfois la réalité de la vie, ce qui nous entoure, oui en quelque sorte on est assez égocentrique.
    On trouve toujours à redire sur les conditions de travail, les salaires ...mais ailleurs c'est bien pire! On s'en sort bien ici quand même!
    Mais je t'avouerai que je ne me renseigne pas forcément sur les conditions de fabrication ou autres, de ce que j'achète.

    Et oui, pour les entreprises, c'est le profit avant tout!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bim ;)
      Non c'est vrai que même si le monde du travail n'est pas toujours facile en France (stress, pression, harcèlement, etc...) à côté de ce que vivent les travailleurs des pays en développement c'est pas du tout comparable. Le problème c'est qu'au lieu de faire en sorte que ces travailleurs puissent acquérir des droits équivalents aux nôtres, la tendance est plutôt à l'alignement par le bas (même s'il y a beaucoup de choses à changer en France, car c'est vrai certaines catégories bénéficient d'avantages qui ne sont pas justifiés...).
      Même si tu ne te poses pas toutes ces questions, tu es quand aussi dans une démarche raisonnable j'ai l'impression : j'ai vu que tu avais été très sage à la dernière VP ;)
      Des bisous ma belle <3

      Supprimer
    2. Ah oui, je sais dépenser raisonnablement, en général. Et ce n'est pas forcément parce que monsieur CB fait la tronche que ça me stoppe, car même avec un compte bien portant, j'ai des limites.
      Et vive le marché où tu trouves de jolies choses pas cher!

      Supprimer
  24. Eh voilà, je suis tiraillée comme toi entre le moins consommer et ses sales habitudes qui nous ont été inculquées par la société de consommation. En prendre conscience c'est bien, et agir même à petit niveau, c'est bien, ce sont des multitudes de gouttes d'eau qui font la pluie ( je viens de l'inventer celle là elle est pas mal^^) . Je me suis achetée une jolie paire de bottes pour lesquelles j'ai carrément craqué alors que je ne pourrais pas la caser avec la majeure partie de mes fringues, et tu sais quoi, j'ai eu honte quand je les ai portées... Et d'un autre côté, je fais gaffe pour tout le reste, et notamment l'alimentation car en tant que foodista les tentations sont également là, je trie mes vêtements, j'achète souvent d'occase quand ce sont des marques et je me réfrène beaucoup car je l'ai bien eu cette prise de conscience, elle est là mais boudiou, c'est difficile à mettre en oeuvre dans le monde dans lequel nous vivons. Il faut se poser cette question cruciale lorsque nous allons acheter quoique ce soit: EN AI-JE VRAIMENT BESOIN? et la plupart du temps, la réponse est non. C'est ce que je fais et ça marche ( sauf pour cette satanée paire de bottes, on dira que c'est l'exception qui confirme la règle !!) . Bisou ma rebelle!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super, cette nouvelle maxime Isa ;)
      Nous ne sommes pas infaillibles et c'est normal que de temps en temps une pièce arrive à nous faire faire presque n'importe quoi : je ne compte plus les vêtements/chaussures/sacs que j'ai achetés en sachant très bien que je ne les mettrai peut-être jamais, mais ils me plaisaient trop (surtout en friperie quand ça coûte seulement quelques euros)... J'ai même acheté une magnifiques paire de ballerines en cuir fuchsia parce qu'elles étaient en soldes, alors qu'elles étaient trop petites. Je les ai portées une ou deux fois, mes pieds m'ont fait la misère et depuis elles attendent dans une boîte que mes pieds... rétrécissent (on ne se moque pas).
      Et je reconnais aussi que c'est difficile de n'acheter que ce dont on a besoin, car on a été "formaté" pour être bien plus "heureux" quand on achète des futilités (x-ième paire de chaussures) que lorsqu'on achète un balai ;)
      La nourriture est aussi un domaine où j'essaie davantage de faire attention à la provenance des produits et les conditions de culture et élevage même si je ne suis pas Miss Bio.
      Bisous à toi ma belle <3

      Supprimer
  25. Coucou Ellen,
    J ai pris conscience du chrome 6 dans les chaussures, depuis que je bosse dedans et que c est indiqué en gros dans la vitrine. Après ça a un prix et tout le monde ne peux pas se le permettre, mais la qualité et la durée de vie n est pas la même que mes bottes en soldes 7e chez carrefour ;)
    Et le problème n est pas seulement dans les fringues mais c est le pays qui coule !! Oui je m égare un peu, je sais. Mais quant tu vois qu on taxe les produits français, qu on ferme des stés, et qu a l invers pas de taxes pour l importation et on ouvre renault à l étranger !! On boycotte les "Chinois" mais derrière y a des patrons qui eux ne sont pas Chinois. Et pour finir dans mon égarement ;) quant tu entends que le salaire pour s acheter une maison est de 4500, alors que la moitié des gens vivent avec le smic, y a la aussi de quoi être énervée. Je te l ai dit en ce moment tout m énerve et encore je ne te dis pas tout c est trop long. Désolé pour les fautes je suis sur mon tél. Bonne journée quand même. Bisous Ellen

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Tanagr,
      Cette histoire de chrome VI c'est vraiment scandaleux, après toutes les allergies/réactions graves qu'il y a eu, il n'y a toujours pas de mesures concrètes prise par la plupart des marques... Pour le prix, j'ai découvert que Jonak qui est du même niveau de prix que Minelli ou André, garantissait des cuirs travaillés dans de bonnes conditions. C'est un peu cher certes, mais ils ont une boutique de déstockage à côté des Halles.
      Je suis d'accord avec toi : économiquement tout est lié ! Quand à l'histoire du revenu moyen pour pouvoir acheter, j'ai vu ça au JT, je crois qu'à part dans une petite cabane à construire avec ses mimines, il n'y a pas grand chose dans mes prix dans l'immobilier... C'est vraiment de la folie !
      Comme toi cette situation me révolte, parce que quand on sait tout ce qu'il y a derrière, on comprend vite que le monde ne pourra changer que si les citoyens se prennent en main car ce ne sont pas les politiques qui vont le faire.
      Des bisous miss Rebelle ;)

      Supprimer
  26. Alors ça, c'est un article ET un comportement engagé ! :) J'admire, vraiment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! Après les paroles et les convictions, il était temps que mon comportement s'y mette aussi ;)

      Supprimer
  27. Ecoute Ellen, ce "pavé" comme tu l'appelles mérite bien que pour une fois et depuis bien longtemps je donne mon avis en commentaire...
    Je vais donc braver ce que je n'aime plus faire: les identifications parfois vaseuses qui me font perdre un temps précieux.
    Bref.
    Ton "pavé" fut un régal à lire, et il est bien écrit. C'est vraiment super de lire ta prise de conscience, et aussi finalement de m'y retrouver. Tu m'as connue aussi dépensière mais un peu moins qu'avant. Quand j'étais en fin d'adolescence, que je cumulais 3 jobs en + de ma licence je dépensais les 700/800€ durement gagnés chaque mois dans les fringues. Mes parents me payaient ma nourriture, et je ne sortais que peu, sauf pour faire du shopping.
    Quand j'ai travaillé pour Kookai, je ne dirai pas que ce fut pire, car à ce moment là je commençais à payer moi-même mes factures et j'avais donc besoin d'économiser un peu. Mais j'étais tentée, déjà par mes réductions employées (mais 20% c'est une misère) et ensuite par les braderies employées (celle que tu connais à Aubervilliers).
    Mais en quittant ce job, j'avais pris conscience de deux choses:
    1. de la faible qualité des vêtements que je voyais au quotidien (les pulls mérinos réceptionnés avec un trou par exemple) en comparaison avec leur prix avoisinant 60-70€
    2. de la marge que se fait la marque car en tant qu'employée aux braderies, je payais un pull 6€, de même pr une robe/jupe, un pantalon approchait les 7€, un manteau 12 (au lieu des 150-180€ en boutique), une pièce en cuir 50 (vendue 239€ en boutique). Cette différence m'a affolée et j'ai refusée de payer un prix aussi élevé en ayant conscience de ça.
    3. J'ai donc cessé d'acheter des vêtements à cause de cela.

    Pour autant je n'ai pas non plus définitivement cessé de remplir mon placard.
    J'ai découvert Blune sur un salon de créateur le Who's Next, une petite marque crée par 3 filles dynamiques, qui font fabriquer les vêtements au Portugal. Alors certes le prix du tee-shirt est de 70€, un gilet 150€... ce n'est pas accessibles à tous. Mais 1. la qualité est là ! 2. le style aussi! 3. ce sont des créatrices toutes jeunes! 4. il y a quand même des soldes.
    J'ai aussi découvert Ekyog qui est une marque avec des principes et qui m'est devenue chère. Les vêtements sont de qualité, les prix sont légèrement plus élevés que chez Kookai, mais la différence se fait dans le produit et sa provenance. Pour le prix, il y a régulièrement des "rosedeal" sur VP.
    http://info.ekyog.com/#/spip.php?page=filiere_textile_ethique&id_rubrique=4&id=4
    J'achète moins qu'avant, mieux qu'avant, pour un budget moindre puisque je m'autorise moins de craquage et surtout des craquages réfléchis (en ais-je vraiment besoin?)
    Par exemple je suis accroc aux sacs&chaussures mais vu ce qu'il y a dans mon placard (et maintenant que je me couds mes propres sacs) il n'est pas question de craquer et d'y laisser un euro.
    Enfin je te remercie d'avoir cette pensée positive et effectivement de consommer moins.
    Mais je soulève un autre point... qu'en est-il des produits de beauté? Tu en achètes pas mal et les matières utilisées ne sont pas forcément moins nocives que celles de nos vêtements à bas prix... Et la fillière de production? (je t'avoue que je n'y connais rien du tout mais c'est un point à creuser...)

    Des gros bisous et effectivement pourquoi pas se refaire un salon de thé???? (je ne serai pas dispo pr le rdv des blogueuses mais un tête à tête organisé à l'avance cela te dirait?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Lili et merci pour toutes ces infos !
      J'ai travaillé aussi dans le textile (ventes privées) et comme toi quand j'ai vu les différence de prix et surtout le gâchis (les tonnes de vêtements fabriqués en surproduction et vendus à perte ensuite ou détruits (!) on se dit qu'il y a vraiment un problème. "Heureusement" avec la crise les marques font davantage attention à adapter leur production à leurs prévisions de ventes.
      Je me souviens d'un post effectivement où tu avais présenté la marque Blune ! Mais tu vois, là on est typiquement dans ce que je dénonçais plus haut : pour la cliente lambda qui a l'habitue d'acheter son top à 15€, c'est difficile de se dire qu'un top de qualité vaut 70€.... Quand ce sont des marques qui ont réussi à se bâtir une image forte comme Kookaï ça peut passer mais pour les petits créateurs difficile de justifier ces prix. Et tous les systèmes de remises, VP, soldes, promos, etc... ne font que brouiller davantage la perception du prix juste chez le consommateur (pour qui le prix promo devient un prix de référence).
      Pour les cosmétiques la problématique est un peu différente car c'est moins difficile par ex. de trouver du made in France et surtout c'est un peu plus traçable et réglementé que la mode, et j'ai déjà fait quelques articles dessus. En effet, petit à petit j'ai évolué sur certaines choses. J'ai commencé par supprimer les silicones de mes produits capillaires, maintenant j'essaie de faire attention aux sulfates et aux parabènes. je ne suis pas encore passée au bio, mais j'achète plus des marques qui ne testent pas sur les animaux, qui font du commerce équitable, et un peu moins chimiques comme The Body Shop et Lush par ex. Ce n'est pas du 100% naturel, mais c'est déjà un grand changement pour moi qui n'achetais que chez Sephora. En maquillage j'achète encore beaucoup de marque conventionnelles, mais j'essaie au moins de regarder si elles sont moins nocives (par exemple pour les vernis), made in France, etc...
      Il y a encore beaucoup à faire ;)
      Ce serait avec plaisir pour une nouvelle rencontre, pour l'instant je pense plutôt à janvier : sur novembre mes prochains week-end sont déjà pris et en décembre j'ai déjà 2 week-end bloqués et après c'est les fêtes, le temps file à toute allure !...
      En janvier, il devrait y avoir un nouvel événement, je te tiendrai au courant (ça devrait te plaire, ce serait normalement dans le bio ;)
      Bisous <3

      Supprimer
  28. Bravo pour ton article. Personnellement je ne vais quasiment plus chez Zara, Mango et H&M, les temples du made in china vantés non stop sur les blogs mode alors que c'est cher pour ce que c'est. Je privilégie les déstockeurs pour mes achats comme ça j'ai à la fois la qualité et les petits prix. J'achète aussi de plus en plus du seconde main sur ebay et le boncoin .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Crystila ! J'aime beaucoup H&M (c'est ce qui rend mon no-buy pas si facile...) car on peut y trouver de belles pièces qui durent, mais comme Zara et Mango, c'est surtout le style qu'on paie! Zara j'en suis vraiment revenue : la qualité se dégrade de plus en plus pour des prix qui eux restent élevés...
      Alors comme toi, je préfère le déstockage, les friperies, Emmaüs, etc... c'est bien moins cher et plus écolo !

      Supprimer
  29. Ma chère Ellen, je t'ai écrit aujourd'hui sur mon blog une partie de ma pensée, parce que ton billet m'a inspiré! mais comme je dis, c'est une partie, parce que ça serait trop long pour tout dire, et que c'est confus encore dans ma tête.
    Mais je te rejoins dans tes questionnements, dans tes prises de conscience.
    A côté de l'exploitation humaine, je pense aussi aux tonnes de déchets qui envahissent la planète quotidiennement, au compte de la consommation à outrance, et de l'obsolescence programmée. Et je suis dépitée :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mélia ! Je crois que quand on est sensible au monde qui nous entoure, un jour ou l'autre on se pose forcément des questions, et c'est le début du changement.
      Argh, ne me parle pas de l'obsolescence programmée, c'est un des sujets qui me fait... bondir ! Et d'ailleurs quand je dis que ce ne sont pas les politiques qui vont changer la donne, voilà un sujet qui le prouve très clairement. Les "écolos" avaient parlé d'un soit-disant texte, on attend toujours. Alors que se battre contre l'obsolescence programmée permettrait de créer de l'emploi de proximité et non délocalisable, de moins polluer, moins produire de déchets qu'on ne sait même pas recycler, bref ça changerait vraiment la vie des gens.
      Il faudrait qu'on ait le temps d'en discuter un jour, il y a tellement à dire !
      Merci pour ton post, je passerai demain sur ton blog, là je commence à fatiguer: il se fait très très tard ;)
      Bisous Mélia <3

      Supprimer
  30. Bon je continue sur ma lancée et je commente ici aussi. C'est une belle réflexion que tu as menée là. Perso j'essayes de réfléchir à mon mode de consommation depuis plusieurs années et ce de différentes manières (utilisation de cycle de don ou de réutilisation..etc) EN matière de fringues c'est un peu plus difficile car je suis habituée à acheter pas cher même si aujourd'hui j'ai conscience que la qualité et la durabilité valent un certain prix, je n'ai pas les moyens de le faire au quotidien: du coup j'essayes de profiter des bons plans en achetant des chaussures de qualité en soldes etc. Là il faut que fasse le ménage une bonne fois dans ma penderie, arrêter l'accumulation et me refaire une garde robe utile et durable. A terme la couture sera je pense une bonne solution pour ne pas avoir à faire des économies sur la vie d’êtres humains. Ce n'est pas facile de faire ce cheminement surtout lorsque l'on vit dans un monde d'ultra consommation.

    RépondreSupprimer
  31. J'ai découvert ton blog hier Ellen et j'adore. Merci ! Oulala, je suis trop contente de tomber sur cet article. Je suis tout à fait d'accord avec cela et je suis bien contente que cela soit une blogueuse mode qui se charge d'en parler. Ma façon à moi de consommer éthique c'est la fripe. Puis, je garde tout ce que j'ai, et les retape quand j'en ai marre. Après je trouve que le luxe est éthique aussi. Quand on achète une fringue de luxe on la paye cher, du coup on en prend soin, on la choisi soigneusement (et pas en mode au pire, je la mettrai 3 fois), on la recoud et puis on la vend ou on la donne, mais on ne s'en débarrasse pas salement. C'est con mais l'argent est la seule façon aujourd'hui de donner de la valeur aux choses, et si les gens ne payent pas un minimum, ils s'en fichent. Normalement aussi le luxe est sensé être de meilleur qualité, donc on garde les trucs plus longtemps, mais le drame maintenant c'est que les marques de luxe ont tendance à adopter les même techniques de production que le marques cheap, alors on dépense plus de tune pour rien. Bref, je ne sais pas quelle est la solution à part d'apprendre à coudre. Quand j'aurai le temps pour apporter ma petite pierre à l'édifice, je donnerai des cours de couture.

    RépondreSupprimer

Merci pour vos petits mots !
J'essaie toujours de vous répondre individuellement, laissez-moi juste un peu de temps pour le faire ;)
A bientôt par ici ou sur vos blogs !

NB : la modération est activée et les commentaires contenant des liens de sites ou de blogs sont systématiquement supprimés.